Vidéo de la conférence de Charles Taylor au Cégep de Trois-Rivières : « Identité et laïcité »

(Entrée d’abord publiée sur PhiloTR) Nous partageons ci-dessous la captation vidéo de la conférence offerte par le philosophe Charles Taylor sur le thème « Identité et laïcité », au Cégep de Trois-Rivières le 18 février 2020 dans le cadre des activités de la Semaine de la philosophie à notre institution.   Né à Montréal, professeur émérite de l’Université

Résumé de ma conférence sur le philosophe québécois Jacques Lavigne

Résumé de ma conférence intitulée « Jacques Lavigne : premier philosophe moderne du Québec et apologiste chrétien », présentée dans le cadre du Convivium Axiome 2019 sur le thème de La relation entre la Théologie et la Philosophie, à Nicolet, le samedi 28 septembre 2019. (Aussi en fichier .pdf : patriceletourneau.org/wp-content/uploads/2019/09/Résumé-Conférence-sur-Jacques-Lavigne.pdf) Résumé / Abstract Jacques Lavigne

Citation de Jacques Lavigne sur l’Inquiétude humaine

« […] notre vie, s’accomplissant dans le temps, engendre continuellement un passé et un avenir : le passé qui est une perte et l’avenir, un manque. Ce double sentiment d’absence fait naître l’inquiétude. Cette inquiétude n’est ni un principe, ni une fin, mais une étape de notre devenir. Nous sommes d’abord dans le temps comme

Technologies et humanisme : vidéo de la conférence de Daniel D. Jacques

Voici la vidéo de la conférence de Daniel D. Jacques sur les enjeux des technologies et de l’humanisme : Thème de la conférence : technologies et humanisme Conférencier : Daniel D. Jacques Durée : 1h09 (incluant la présentation par Patrice Létourneau et la période des questions) Date de la conférence : jeudi 20 février 2014 Lieu : Théâtre du

Publication de mon livre sur l’expression et l’interprétation

Hier a eu lieu [novembre 2005], au Cégep de Trois-Rivières, le lancement de mon livre intitulé Le phénomène de l’expression artistique. Une reconstruction à partir des thèses de Maurice Merleau-Ponty – publié aux Éditions Nota bene (*). Ce livre, je le dédie à la mémoire de Joseph Nicolas Kaufmann (1941-2002) [lire –1– et –2-], en souvenir